Aller au contenu principal

Seuil de la Commanderie - Restauration de la continuité

Le moulin de la Commanderie est situé sur la commune de Laigneville. Du fait des aménagements réalisés en 2017 sur le moulin de la Moulinière et en 2018 au niveau du pont de Saulcy, le seuil du moulin de la Commanderie constitue maintenant le premier obstacle à la continuité depuis l'Oise. A l'origine, c'est un moulin à blé qui a été implanté sur la rive droite de la Brèche, sa date de construction est inconnue. Il dépendait jusqu'à la Révolution des biens des chevaliers de Malte et de la commanderie de Saint-Georges à Laigneville. Il a été transformé vers 1890 en fabrique de mannequins pour la maison Quiby. En 1911, un incendie a détruit le dernier étage du bâtiment principal qui est alors passé de 2 étages carrés à 1 étage carré. L'entreprise a fermé au milieu des années 1960. Une partie des bâtiments situés au-dessus de la Brèche et le long de sa rive droite ont été détruits. Ils ont fait place à deux pavillons. Les bâtiments conservés, dont celui incendié en 1911, ont été reconvertis en logements.

L’ouvrage principal (le seuil) présente une chute de 53 cm (source OFB). Il est composé de parements inclinés avec un redent intermédiaire. Plus aucune vantellerie n’est présente. Il semble qu’elles aient été démontées suite à une crue inondante. Les organes hydrauliques sont inexistants.

Le bras de décharge est bordé par une zone pavillonnaire en rive droite. La parcelle anciennement boisée rive gauche entre le seuil et le pont de la rue Henry Leclerc a été abattue en novembre 2017. Le ru des Blancards conflue en rive gauche du bras de décharge à moins de 50 m en aval du seuil principal.

Suite à l'étude de conception réalisée entre 2018 et 2021, le scénario choisi pour les travaux consiste à créer un nouveau bras de rivière à l'amont du déversoir afin de le contourner. Le bras usinier sera maintenu en eau pour l'agrément des riverains. Les travaux  seront réalisés par l'entreprise Forêts et Paysages, la maîtrise d'oeuvre étant assurée par SOGETI. Le financement du projet, évalué à 97 000 € HT, est assuré par l'Agence de l'eau Seine-Normandie (90%) et le FEDER (10%).

Le porté à connaissance relatif aux travaux est disponible ici

Les travaux ont démarré le 25 août 2021. Les premières interventions ont consisté en des travaux d'abattage et de débroussaillage, afin de pouvoir accéder au site et dégager la parcelle où sera terrassé le nouveau bras de la Brèche.

20210826_143848.jpg

Emplacement du futur bras

Le futur lit a ensuite été piqueté, c'est-à-dire que des piquets ont été implantés par un géomètre afin de matérialiser l'emplacement du lit. C'est dans cette emprise que les terrassements ont ensuite débuté.

20210830_114951.jpg

Piquetage du lit

En quelques jours, le futur lit prend forme. Dans un premier temps, il n'est pas en connexion avec la Brèche, seule l'eau de la nappe le remplit.

20210901_094831.jpg

Terrassement du nouveau lit

Suite à ces travaux de terrassement, le futur lit a été mis en place par l'apport de graviers. Ce substrat est important car il permettra le développement d'une vie aquatique plus importante. Par ailleurs, à l'entrée de ce nouveau bras, un seuil de fond a été installé. La mise en place de ce seuil en dur assure ainsi une fixation du profil en long à une côte altimétrique garantissant une alimentation minimale dans le canal usinier.

IMG_5562.JPG

Apport de graviers (avant mise en place en fond de lit)

Une fois le lit créé, il a pu être remis en eau. Cette remise en eau s'est faite de manière progressive, sur 3 jours, afin de limiter les départs de matières en suspension.

20210916_094352.jpg

Ouverture du lit progressive

20210916_094413.jpg

Vue amont du lit remis en eau

La totalité du flux a été basculée dans le nouveau lit pour permettre de travailler sur le bras usinier. Ce dernier doit en effet rester en eau après les travaux pour servir d'agrément aux propriétés riveraines en aval du site. Ainsi, il doit être retravaillé (réduction de la largeur et abaissement de la côte de fond). Une pêche de sauvegarde a été effectuée avant de commencer à travailler le bras usinier et à combler l'ancienne fosse de dissipation.

bief aval.JPGFermeture du bief aval

fosse.JPGFermeture de la fosse de dissipation

20210923_094808.jpg

Fosse comblée

Le canal usinier a donc été retravaillé. Sa côte de fond a été abaissée par la réalisation d'une échancrure dans la dalle située sous le garage et sa largeur a été réduite par le terrassement des déblais.

IMG_5699.JPG

Echancrure réalisée dans le seuil situé sous le garage

IMG_5703.JPG

Réduction de la largeur dans le canal usinier (sur la droite, les vestiges de l'ancien seuil)

 

 

Documents